manyfics
     
 
Introduction Les news
Les règles Flux RSS
La Faq Questions
Concours Résultats
ManyChat Plume & Crayon
Boutique & Goodies ManyBash
BetaLecture Nous aider
Les crédits
 
     

     
 
Par date
 
Par auteurs
 
Par catégories
Animés/Manga Comics
Crossover Dessins-Animés
Films Jeux
Livres Musiques
Originales Pèle-Mèle
Série ~ Concours ~
~Défis~ ~Manyfics~
 
Par genres
Action/Aventure Amitié
Angoisse Bisounours
Conte Drame
Erotique Fantaisie
Fantastique Général
Horreur Humour
Mystère Parodie
Poésie Romance
S-F Surnaturel
Suspense Tragédie
 
Au hasard
 
     

     
 
au 10 Mai 20 :
29044 comptes dont 1303 auteurs
pour 4059 fics écrites
contenant 15140 chapitres
qui ont générés 24474 reviews
 
     

     
 
Un point dans l'espace.
Par Poutouploute
Originales  -  Drame  -  fr
One Shot - Rating : K+ (10ans et plus) Télécharger en PDF Exporter la fiction
    Chapitre 1     0 Review    
Partager sur : Facebook | Twitter | Reddit | Tumblr | Blogger

Il était parti du jour au lendemain, m'avait laissé tomber pour une pimbêche blonde, avec d'énormes yeux, de ceux qui changent de couleur au gré des saisons, qui vous transpercent, qui vous dévoilent des secrets oubliés, des cités enfouies. Elle avait ce sourire qui illuminait son visage et tout ce qui se trouvait sur son passage. Elle était de ces personnes qui ont vécu tellement de choses, qui sont passées par tellement d'épreuves qu'elles finissent par s'être suffisantes, qu'elles sont un tout à elles toutes seules. Elle semblait avoir vécu des millénaires, connu la terre à ses debuts. A chaque fois que je me trouvais près d'elle, je maudissais le soleil d'exister et de se refleter dans ses cheveux. Je haïssais dieu d'avoir crée l'espèce humaine et d'avoir fait d'elle un idéal. Je m'exécrais de la regarder, de comprendre pourquoi il m'avait laissé pour elle, à côté, je ne faisais pas le poids. Je n'avais pas ce tempérament mystérieux qui donnait envie aux autres de me connaitre, ni ce physique chaleureux qui pouvait faire fondre les deux pôles. Je la detestais d'exister, d'être tout ce que je ne pouvais pas être. Elle s'appelait Samaëlle, comme l'Ange de la mort. Elle était l'Ange de ma mort.

Je ne lui en voulais pas d'avoir pris le seul homme qui voulait bien de moi, je ne lui tenais pas rigueur du fait qu'elle avait brisé ma vie, seulement en existant. Tout ce que je lui reprochais était d'avoir su créer un bonheur que je n'aurai jamais pu imaginer. 

Je l'avais revu un dimanche. Elle suintait le bonheur par tous les pores de sa peau, elle vomissait la joie à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche et son odeur me retournait l'estomac à des metres à la ronde. A premiere vue, je ne l'avais pas reconnue, elle avait coupé ses longs cheveux et les avait à présent ondulant peu au-dessus de ses épaules. Elle ne portait pas de maquillage et sa beauté en devenait aveuglante. Comment pouvait-elle embellir alors que je ne faisais que me ratatiner, alors que chaque minute qui passait me laisser des cicatrices plus immondes les unes que les autres. Elle ne m'avait pas reconnu non plus, j'avais perdu des centaines de kilo, m'étais rasé le crane, j'étais devenu la parfaite caricature de l'ex dévasté. Malgré tout, derrière cette dévastation et ce laisser aller, mes yeux éteints avaient attiré son attention et elle se rappellait qui j'étais, la pitié l'avait trainée jusqu'à moi avec ce sourire éclatant, qui faisait de la concurrence aux astres. La voir défiler me donnait la nausée, le fait qu'elle s'approche de moi me donnait des frissons. Et, soudain, je remarquai qu'elle avait changé plus que sa coiffure, son ventre pointait et tendait le tissu de sa robe aux couleurs d'été. Il ne m'avait pas seulement remplacé par cette pimbêche, il comptait repeupler le monde avec les chiards de l'Ange de la mort. Elle remarqua mon regard et mit ses mains autour de son énorme ventre, une coquille pour l'immonde créature qui lui déchirera les entrailles, j'espère.

"Hey ! Comment vas-tu ? ça faisait longtemps" Elle me dit.

"Bien, bien." Je ne prenais même pas la peine de lui répondre par des phrases, quoi que je dise, l'envie de lui planter une balle dans le ventre ne ferait que redoubler. Elle continuait de sourire bêtement, et même le silence lourd ne la faisait pas paraître inintéressante, même dans cette situation là, si les circonstances avaient été autres, je me serai prosterné pour qu'elle m'adresse la parole.

Elle avait posé sa petite main sur mon épaule, elle portait une bague à l'annulaire, en or, qui brillait, un peu comme ses cheveux. Elle était mariée, attendait un gosse alors que je me transformais en sac d'os, je traînais désormais avec tous les infréquentables de la ville et je ne me demandais plus de quoi serait faite la vie, parce que m'en foutais. J'espérais seulement que ma cervelle giclerait dans ses yeux, et qu'elle ne puisse jamais s'en débarrasser, parce que c'était l'effet qu'elle me faisait.

 
     
     
 
Pseudo :
Mot de Passe :
Se souvenir de moi?
Se connecter >>
S'enregistrer >>