manyfics
     
 
Introduction Les news
Les règles Flux RSS
La Faq Questions
Concours Résultats
ManyChat Plume & Crayon
Boutique & Goodies ManyBash
BetaLecture Nous aider
Les crédits
 
     

     
 
Par date
 
Par auteurs
 
Par catégories
Animés/Manga Comics
Crossover Dessins-Animés
Films Jeux
Livres Musiques
Originales Pèle-Mèle
Série ~ Concours ~
~Défis~ ~Manyfics~
 
Par genres
Action/Aventure Amitié
Angoisse Bisounours
Conte Drame
Erotique Fantaisie
Fantastique Général
Horreur Humour
Mystère Parodie
Poésie Romance
S-F Surnaturel
Suspense Tragédie
 
Au hasard
 
     

     
 
au 10 Mai 20 :
29044 comptes dont 1303 auteurs
pour 4059 fics écrites
contenant 15140 chapitres
qui ont générés 24474 reviews
 
     

     
 
Shade
Par Drakky
Originales  -  Action/Aventure/Bisounours  -  fr
8 chapitres - Complète - Rating : T (13ans et plus) Télécharger en PDF Exporter la fiction
    Chapitre 4     Les chapitres     17 Reviews     Illustration    
Partager sur : Facebook | Twitter | Reddit | Tumblr | Blogger
Shaheen

Bonjour/soir !

 

*

 

Shaheen

 

La salle à manger principale du palais de Sajara était d'une beauté époustouflante. Trois tables de bois massif disposées en « U » occupaient la majeure partie de l'espace tandis que des arches de marbre brun donnaient à la pièce sa curieuse forme octogonale. Elles se rejoignaient à leur sommet en une coupole ornée de sculptures : des gazelles, des lions et des branches d'olivier se découvraient partout où l’œil pouvait se poser. Quelques petites fenêtres rondes percées ça et là ne renvoyaient qu'une faible partie de la lumière rougeoyante du coucher de soleil ce qui témoignait bien de leur fonction qui n'était que purement décorative.

Les huit braseros dorés se chargeaient pour leur part fort bien d'éclairer la vaste pièce. De l'encens et des herbes avaient été jetées dans les flammes gourmandes en ce début de soirée et elles diffusaient à présent des vapeurs odorantes et apaisantes quoique un peu trop suffocantes de l'avis de Shaheen.

 

Il avait revêtu pour ce repas de famille traditionnel à la table du roi ses vêtements de cérémonie bien loin de la tunique de lin et des sandales de cuir qu'il portait en général dans la journée. Son gilet court de soie était ouvert sur son torse nu, laissant son épaule gauche encore à vif libre de toute gêne.

Sa grande sœur Shirin dont les yeux émeraudes étaient les copies conformes des siens lui adressa un sourire compatissant en le voyant entrer dans la pièce. D'un mouvement élégant de la main, elle lui désigna le siège libre à côté d'elle.

 

-On m'a dit que tu t'étais blessé cette après-midi à l'entraînement...

 

Il haussa son épaule valide dans un mouvement qu'il espérait très viril.

 

-Ce sont les aléas des entraînements.

 

-Les guérisseurs t'ont tatoué ? S'enquit-elle avec une pointe d'inquiétude dans la voix.

 

Il se tourna légèrement pour lui montrer l'articulation en question. Un symbole abstrait -censé représenter un lion et donc la force- était gravé à l'encre noire. La peau était devenue rouge vif tout autour comme pour s'ajuster à la teinte écarlate de son gilet.

 

-Avec ça, cette épaule ne risque plus de me causer de problèmes durant un vrai combat ! Expliqua-t-il avec assurance.

 

Deux enfants rieurs passèrent en courant derrière eux poursuivis par une nourrice dépassée et dont l'âge amoindrissait considérablement l'endurance. La salle s'était emplie peu à peu par la famille royale. Shaheen aperçut les trois épouses du roi s'installer à la table juste en face : parmi elles, Sharzad arborait comme toujours un visage fermé et maussade qu'elle avait, semble-t-il, transmis à son fils Amir.

 

-Dans ce cas tu n'as qu'à demander à Ahkheem de briser chacun de tes os au prochain entraînement, argua Shirin, moqueuse, ainsi les guérisseurs te tatoueront le corps entier et tu ne craindras plus rien !

 

La petite plaisanterie resta néanmoins sans réponse. Un silence teinté de respect résonna dans la pièce alors que le roi faisait enfin son entrée, encadré par sa première Conseillère et soeur, Nasreen, ainsi que son fils favoris, Ashkan. Ils s'assirent à la table principale toujours dans le silence complet. Même les deux enfants turbulents avaient finis par être calmés par la nourrice essoufflée.

 

Quelques instants plus tard, alors que des plats servis sur des plateaux d'argent arrivaient, les conversations reprirent et des musiciens dans un coin de la pièce se saisirent de leurs ouds et leurs flûtes pour entamer une mélodie.

 

Boudant les viandes grillées et leurs sauces colorées, Shaheen laissa son regard errer sur la table centrale où Alakin, Rhyda et Ashkan parlaient à voix basse.

 

-C'est rare que nous soyons tous réuni. Remarqua-t-il finalement. D'habitude, père est toujours en visite dans le pays tandis qu'Ashkan mène la belle vie chez les tribus Ciidiennes. Et quand ils sont enfin là, c'est Amir qui est obligé de quitter le palais pour calmer une révolte aux postes de frontières.

 

-Ce doit être une occasion particulière...

 

Le ton précautionneux que sa sœur emprunta ainsi que l'absence de sa curiosité habituelle convainquit le jeune prince que ce n'était pas une coïncidence et qu'elle savait quelque chose à ce propos.

 

-De quoi s'agit-il ?

 

Son ton était impérieux mais elle se contenta de lever les yeux au ciel pas le moins du monde impressionnée.

Il jeta un coup d'oeil autour de lui, s'assurant qu'ils étaient à l'abri des oreilles indiscrètes. Fort heureusement, ils se trouvaient à la table de gauche celle qui était habituellement réservée aux enfants et aux parents lointains et les deux filles pas encore pubères qui les encadraient ne leur portaient pas la moindre attention.

 

-Shirin, sœur adorée et sang de mon sang..., Tenta-t-il à voix basse.

 

-Tu ne vas pas aimer, l'interrompit-elle sans lâcher du regard son assiette. Alors je ne te dirais rien.

 

Un soldat apparut discrètement dans une des trois entrées de la salle à manger. Il s'avança tout aussi furtivement vers les tables, slalomant entre les esclaves tandis que le claquement de ses bottes de cuir sur le sol était masqué par le pincement dansant des cordes de oud et les rires des femmes. Le blason de la famille royale, une branche d'olivier dorée sur un fond écarlate, étincelait sur le plastron de sa cuirasse. Il se pencha vers Rhyda, un des époux de Nasreen et l'actuel Chef des Armée de Jahandar et chuchota quelques secondes à son oreille avant de repartir aussi rapidement.

 

Shaheen aurait pu ne pas le remarquer s'il s'était davantage concentré sur son assiette mais le mutisme agaçant de sa sœur avait coupé son appétit et dispersée son attention qui se trouvait maintenant à la merci de n'importe quelle distraction. Surpris, il observa ensuite son oncle adresser un regard entendu à la table principale suivit d'un hochement de tête. Bientôt, Ashkan se mit à sourire tandis qu'Amir blanchissait à vue d’œil.

 

Le roi se leva sans un mot, hiératique et imposant. Le reflet des flammes sur sa couronne d'or aux entrelacs de branches d'olivier jetait des éclats flamboyants sur son visage ridé et les fils d'argent de sa barbe.

 

Le repas était fini. Chacun comprit qu'il était invité à rejoindre ses appartements pour la nuit car le conseil devait à nouveau se réunir.

 

-C'est en train d'arriver.

 

Shaheen, qui s'était levé à son tour par réflexe, observa sans comprendre sa sœur qui n'avait pas bougé. Elle avait l'air terrifiée.

 

-Que se passe-t-il ? Lui intima-t-il sans pouvoir retenir la panique qui irriguait ses veines.

 

-La délégation aragonienne vient d'arriver aux portes du palais.

 

Le mouvement des enfants et parents autour de lui qui quittaient bruyamment la salle avait rendu le chuchotement de sa voix presque inaudible mais c'était pour le jeune prince comme si elle lui avait hurlé cette information déconcertante.

 

Ashkan, extatique, s'avança vers eux et d'un mouvement du bras, il invita Shirin à venir le suivre à la salle du conseil. Seul le respect de son aîné et du futur roi qu'on avait inculqué à Shaheen depuis sa plus tendre enfance le retint de s'interposer entre l'homme et sa sœur dont l'expression semblait à mi-chemin entre la résignation et le sanglot.

 

La salle se vida. Un seul autre homme était encore là, livide et tremblant. Amir.

 

Shaheen l'attrapa par le bras, réalisant par la même occasion que c'était probablement la première fois qu'il le touchait.

 

-Pourquoi emmènent-ils Shirin ? Qu'est ce qu'une délégation aragonienne fait ici ?

 

L'homme parut enfin le voir.

 

-Elle ne t'a pas dit ? Ashkan veut qu'elle épouse le prince aragonien vaincu à Alès. Cette délégation nous apporte sa réponse.

 

La surprise rendit le jeune prince muet. Il devait s'y attendre pourtant : sa grande sœur, en plus d'être une jolie jeune femme, était la fille d'un roi. Un mariage arrangé avec un seigneur lointain en signe de paix était une destinée prévisible et même souhaitable du point de vue de la norme.

Simplement, Shaheen ne s'attendait pas à ce que soit aussi rapide et brutal. Il ne s'attendait pas non plus à ce que Ashkan fasse preuve d'autant de cruauté en choisissant un royaume contre lequel ils avaient été en guerre et un prince qui avait toutes les raisons de haïr Shirin et de la maltraiter.

 

Un frisson glacé parcourut sa nuque tandis que son sentiment d'impuissance lui retourna l'estomac.

 

-Tu ne devrais pas rester ici, l'avertit sombrement Amir qui avait reprit un semblant de contenance malgré les tremblements qui agitaient toujours sa lèvre inférieure.

 

Il détacha d'un mouvement brusque de l'épaule la main de Shaheen toujours accrochée à son bras.

 

-Va dans ta chambre ! Demain tout sera clarifié par une annonce officielle. D'ici là, essaye de ne pas trop attirer l'attention d'Ashkan ou tu finiras toi aussi à l'autre bout du monde, forcé de partager le lit de ton pire ennemi.

 

-Père ne laissera pas faire ça ... Tenta-t-il comme une invocation qui changerait le cours des choses.

 

Le visage d'Amir perdit brusquement sa mine troublée pour revêtir une expression de haine et de dégoût.

 

-Père ? Il prit une courte inspiration, les muscles de ses bras étaient tendus par son bouillonnement intérieur. Père est devenu un vieil homme faible et trompé par la poudré dorée que son rejeton chéri jette à ses yeux aveugles. Le Grand Roi de Jahandar a laissé depuis longtemps les rennes de son pays à son héritier, un homme rongé par son ego et ses vices. Ashkan -il cracha le nom comme une insulte- ne voit que son confort et les jolies filles ciidiennes tandis que les révoltes paysannes et les murmures des soldats aux frontières annoncent les prémices de la chute de son pouvoir. Et je ne serais même pas là pour voir le pays sombrer ! La délégation annonce une autre réponse : celle d'une lointaine princesse dont le père est seigneur d'un fort aux abords des Forêts Glaciales. Elle sera ma future épouse car, apparemment, Ashkan n'a pas réussi à trouver de terres plus lointaines encore pour m'y envoyer.

 

Shaheen eut un mouvement de recul, n'osant pas en croire ses oreilles et n'osant pas croiser à nouveau le regard sombre d'Amir. Jamais, il n'avait eu l'occasion d'entendre les pensées profondes qui s'agitaient sous le masque imperturbable de fermeté de celui qu'il appelait « grand frère ». Il aurait donné cher pour cela quelques minutes auparavant et cela l'aurait gonflé d'orgueil. Mais, maintenant que c'était chose faite, le goût amer de la haine qu'on laisse mûrir pendant des années salissait sa bouche. Le silence dura quelques dizaines de secondes dans l'immensité de la pièce alors

qu'il réalisait qu'il ne savait pas quoi répondre.

 

-Rejoins tes appartements. Ordonna finalement l’aîné d'une voix redevenue maîtrisée. Il posa négligemment sa main sur le pommeau du cimeterre attaché à sa ceinture. Je vais essayer d'arranger tout cela.

 

Mais il n'eut même pas le temps d'esquisser un autre geste, le vacarme de dizaines de soldats courant dans les couloirs du palais et s'interpellant à haute voix brisa le calme du début de nuit. Intrigué et encore sous le choc des révélations de son frère, Shaheen n'eut d'autre choix que de suivre ce dernier alors qu'il se précipitait hors de la salle vers les couloirs.

 

Le hurlement strident d'une femme fit sursauter brusquement le jeune prince. Il suivit le cortège de soldats, ne se rendant même pas compte que lui n'était pas armé.

 

La garde royale était en effervescence, les hommes accouraient de tous les côtés. Shaheen se fit bousculer et il ne tarda pas à perdre de vue la silhouette d'Amir dans une marée de cuirasses dorées et de sabres brillants. Son cœur battait à tout rompre. Quelque part dans un des recoins du palais, le battement frénétique de tambours annonça l'alerte.

 

Quelque chose n'allait pas.

 

L'origine du cris n'était pas bien loin : à peine quelques mètres de la salle à manger principale, dans les quartiers officiels du roi et de son conseil.

 

Les portes d'ébène étaient ouvertes en plein mais la vue était bouchée par un groupe d'homme portant le blason royal. On ne courait plus. Les flammes dansantes des torches produisaient des silhouettes distordus sur les murs sombres. Shaheen se retrouva immobilisé derrière trois soldats. L'un d'eux passa un bras protecteur devant lui, la main sur son arme comme s'il s'attendait à ce qu'on l'attaque.

 

Plus aucun mouvement.

 

L'agitation était retombée aussi brusquement qu'elle s'était levée. C'était fini. Ou trop tard.

Une rumeur s’éleva parmi les hommes. D'abord un simple murmure puis de plus en plus fort et elle finit par atteindre Shaheen.

 

Le roi est mort. Alakin est mort.

 

Shaheen bouscula brusquement les soldats pétrifiés aux visages graves. On le laissa passer.

 

Le roi est mort.

 

Les pulsations précipitées de son cœur produisaient un son sourd et mouillé qui résonnait jusqu'à l'intérieur de son crâne.

 

Le dos de son frère fut la première chose qu'il vit, silhouette droite et figée debout sur les tapis écarlates de la salle du conseil. Puis il aperçut le corps d'un homme allongé au sol. Ce dernier paraissait en piteux état, sa poitrine avait du mal à se soulever à intervalles réguliers et la large plaie sanglante qui s'étendait sur son flanc n'était pas pour arranger sa situation. Les yeux clairs de l'aragonien avaient cet éclat fiévreux et un peu fou qu'ont les yeux des mourants, il les tourna vers Amir et Shaheen. Sa bouche se tordit dans un rictus de douleur puis s'ouvrit dans un râle, débordante de sang mousseux.

 

D'un mouvement aussi rageur que rapide, Amir fut sur l'homme et transperça sa poitrine avec son cimeterre. Le coup net et assuré tua l'homme instantanément. Un flot rouge sombre macula les tapis déjà détrempés.

 

C'est à ce moment là que Shaheen les vit.

 

Au milieu des corps allongés, masses sombres sans nom ni souffle de vie, il reconnut quatre silhouettes familières.

 

Sentant la mort arriver, le roi Alakin avait jeté un dernier regard sur ce qu'il avait de plus cher au monde et son cadavre avait conservé le faisceau vitreux de ses yeux inanimés sur son fils Ashkan et sa gorge tranchée. A leurs côtés, les mains figées à jamais de Nasreen étaient crispées sur son ventre tailladé.

Shirin avait l'air de dormir allongée sur le ventre, sa robe de soie claire se répandait en vagues élégantes autour d'elle.

 

Shaheen hurla. Il voulut se précipiter vers le corps de sa soeur et le secouer pour ramener de force la lueur qui s'était éteinte dans les iris verts mais ses jambes étaient engluées au sol. Faibles. Il sentit quelque chose qui était tendu à l'extrême à l'intérieur de lui se rompre brutalement et il tomba à genoux.

Il n'avait plus de force, plus de volonté. Il n'avait plus de nom et plus de famille.

 

Amir cria quelque chose aux soldats. Des gens passèrent autour de lui. S'activèrent. On essaya de l’attraper par l'épaule pour le faire bouger.

Il se débattit de toutes ses forces et s'avança vers le corps de Shirin, moitié rampant. Il passa doucement une main sur les nattes sombres.

 

-C'est fini.

 

Il fut soulevé et forcé de se tenir debout. Amir glissa une main contre sa nuque et colla leurs fronts l'un contre l'autre.

Les yeux noirs qui plongeaient dans les siens étaient bouleversés et humides.

 

-Elle est morte, Shaheen...C'est fini.

 

*

 
 
Chapitre précédent
 
 
Chapitre suivant
 
 
 
     
     
 
Pseudo :
Mot de Passe :
Se souvenir de moi?
Se connecter >>
S'enregistrer >>