manyfics
     
 
Introduction Les news
Les règles Flux RSS
La Faq Questions
Concours Résultats
ManyChat Plume & Crayon
Boutique & Goodies ManyBash
BetaLecture Nous aider
Les crédits
 
     

     
 
Par date
 
Par auteurs
 
Par catégories
Animés/Manga Comics
Crossover Dessins-Animés
Films Jeux
Livres Musiques
Originales Pèle-Mèle
Série ~ Concours ~
~Défis~ ~Manyfics~
 
Par genres
Action/Aventure Amitié
Angoisse Bisounours
Conte Drame
Erotique Fantaisie
Fantastique Général
Horreur Humour
Mystère Parodie
Poésie Romance
S-F Surnaturel
Suspense Tragédie
 
Au hasard
 
     

     
 
au 10 Mai 20 :
29044 comptes dont 1303 auteurs
pour 4059 fics écrites
contenant 15140 chapitres
qui ont générés 24474 reviews
 
     

     
 
It's time to forget about the past...
Par Narcheska
30 Seconds to Mars  -  Romance/Angoisse  -  fr
16 chapitres - Complète - Rating : T (13ans et plus) Télécharger en PDF Exporter la fiction
    Chapitre 1     Les chapitres     21 Reviews    
Partager sur : Facebook | Twitter | Reddit | Tumblr | Blogger
Et si je t'embrassais, doucement, sur les lèvres ?
Titre : It's time to forget about the past, To wash away what happened last.
La normalement ça doit faire tilt pour ceux qui n'auraient pas reconnu la chanson lol . ( miciii à Lio pour m'avoir donné se titre *en manque grave d'inspiration* bisous )
Auteur : Narcheska
Paring : Jared/Tomo
Rating : PG-13 pour le moment, surtout parce que je ne sais pas vraiment où ça va aller. Sa pourrait peut etre changer plus tard
Disclaimer : Jared, Tomo, Tim, Shannon n'appartiennent malheureusement qu'à eux même, et cette chose ne prétend absolument pas être la vérité.

Note : Attention il se pourrait que plus tard un sujet sensible face son apparition dans cette fic. Cela dépendra à quel point le passé de Tomo est évoqué, et de quel est ce passé en question exactement...

Note 2 : Alors, alors, c'est le début d'une fic à chapitre, j'ai peu d'avance pour l'instant. Et je ne sais pas où cela va exactement. J'ai besoin de votre soutien et de vos avis pour avancer.
Merciii de dire ce que vous en pensez, et si vous voulez la suite


¤



Et si je t'embrassais, doucement, sur les lèvres ? Sans demander ton avis, juste en penchant un peu la tête, juste en frôlant ta bouche de la mienne.
J'en ai tellement envie, j'en ai tellement besoin.
C'est un désir violent qui me ronge, un frisson qui n'a rien de passager.
Pourrais-tu le comprendre ?

Tu es étendu sur ta couchette le visage crispé par la souffrance, je passe une main que je voudrais apaisante sur ton front.
Nous venons de finir le concert, tu as tout donné, je t'avais dit de faire attention, ton pied est encore si fragile. Tu n'en as fait qu'à ta tête, tu n'as pas pu t'empêcher de sautiller sur place, tu as même essayé de te déplacer.
Je te l'ai fait remarquer, tu as répondu d'un ton froid. Je n'ai rien à dire sur ce que tu fais en concert, ni même d'inquiétude à montrer, tant que je continue de me jeter tous les soirs dans la fosse. Pourtant, moi je sais ce que je fais, même si vous semblez tous penser le contraire.
J'avais raison cependant, il suffit de regarder à quel point tu as mal maintenant pour savoir que tu aurais du faire plus attention.
J'ai eu si peur à Londres lorsque j'ai compris que quelque chose n'allait pas, que tu t'étais blessé. Cela a brisé la barrière que j'avais réussi à forger. Je n'arrive plus à le cacher, j'ai envie de crier à la face du monde ce que je ressens.
Shannon l'a vu, Tim l'a vu... Et toi ?

Tu parais si distant par moment, comme si tu voulais à tout prix m'éloigner. Parfois il y a de la glace dans tes yeux qui me fixent. Et j'ai chaque jour un peu plus l'impression que mon cœur se déchire.
Je voudrais que tu me le dises en face, si ce que tu lis dans mon regard te dérange, je voudrais que tu aies le courage de m'affronter au lieu de détourner la tête. Ton mépris fait si mal.
Ce n'est pas comme si j'attendais que tu me sautes dans les bras, ni même que tu acceptes facilement cette idée.
Mais j'avais pensé que tu pourrais comprendre.

Shannon m'affirme que tu ne vois rien, ou plutôt que tu ne veux rien voir. Si c'est le cas, est-ce que tu pourrais m'expliquer tes silences ? Tes instants de froideur ? Ta raideur ?

J'ai envie de bousculer tes limites, de te provoquer... pour voir un peu ce qui se passerait. J'ai envie d'empêcher tes grands yeux de se détourner de moi, j'ai envie de te cracher la vérité au visage. Parce que si tu dois me haïr, si tu dois me fuir, je veux le savoir. Je ne veux pas attendre avec l'angoisse de te voir un jour t'en aller.
Une seule chose me retient. Ce groupe que j'ai fondé, ce groupe auquel je tiens tant. Si tu devais partir, plus rien ne serait pareil. Bien sûr, nous pourrions continuer, après tout Shannon et moi avons bien commencé seuls.
Mais je sais pas si j'en aurais la force. C'est dur à dire, si incroyable que cela paraisse pour ceux qui me connaissent, je pourrais renoncer à continuer, sans toi à mes côtés.
T'avoir si près de moi me grise, mes doigts viennent se perdre, sans que je ne puisse rien y faire, dans tes cheveux mouillés de sueur. Le silence me parait calme, tu ne dis rien, tu ne me regardes pas. Je ne demande si je dois ou non arrêter.
Pourquoi ne dis-tu pas ce que tu veux ? Ce serait tellement plus simple.
Je ne peux pas empêcher un soupir de franchir mes lèvres.
Et tes grands yeux se fixent sur moi, pleins d'interrogations. J'aime les ombres qui s'y dessinent.

- Jared ?
- Oui.

Tu as l'air d'un ange. Je me sens si bête parfois de penser ce genre de choses. Personne ne m'a jamais fait cet effet-là avant toi, et surtout pas un homme. Pendant longtemps, je n'ai pas compris, que je pouvais réellement te désirer, que c'était bien cette envie qui me tordait le ventre, qui faisait s'enflammer mes veines.
J'ai mis du temps à l'accepter, à m'accepter comme ça. L'ai-je fais pour rien ? Dis-moi Tomislav, est-ce que je t'aime pour rien ? On aime jamais pour rien me dirais-tu, l'amour n'est jamais vain. Pourtant je voudrais y trouver autre chose que de la souffrance, de la peine, des remords. Je voudrais la joie, le plaisir, le bonheur, l'espérance, l'envie... Toutes ces choses qui donneraient un peu plus de goût à ma vie.

Je n'ai jamais été quelqu'un de patient, je ne sais pas attendre sans rien faire. Alors j'ai décidé d'agir.
Avec l'espoir que tu ne m'en voudras pas.
Tu ne dis plus rien, et c'est moi qui brise le silence.

- Comment va ta cheville ?
- Bof, ça ira mieux demain quand j'aurais dormi.
- Tu veux que je te mette le gel que le médecin t'a donné ?
- Je veux bien, réponds-tu avec une demie seconde d'hésitation.

Je me lève, et pars chercher le tube dans ce qui nous sert de salle de bain. Shannon et Tim sont assis dans le coin cuisine, devant une tasse de café. Je les entends rire, d'après ce que je comprends ils sont en train de repenser à tout ce qui s'est passé pendant le concert. J'aime être là avec eux d'habitude. Mon frère à une façon tellement à lui de relever tout ce que le public ne remarque même pas, mais qui nous fais sourire après coup. Combien de fois a-t-il été le seul à voir que j'avais manqué de me casser la figure, ou que Tomo avait perdu son médiator.
Personne n'a jamais compris comment il faisait pour noter tout ce qui se passe autour de lui, alors qu'il frappe à une vitesse presque anormale sur sa batterie. Mais c'est mon frère et cela fait longtemps que j'ai renoncé à chercher certaines réponses. Le Shannimal est une énigme, même pour moi. Mais qui s'en plaindra, hein ?

Je finis par dénicher ce que je cherche, et je reviens vers les couchettes en lisant les instructions « faire pénétrer par un massage superficiel », très bien allons-y alors...
Je m'arrête un instant, à la séparation des pièces, tu sembles perdu dans tes pensées, les yeux fixés sur le sommier au dessus de toi, tes bras sont croisés sur ton torse, comme si tu cherchais une protection dérisoire.
En silence, je viens m'asseoir près de toi, tu me laisses faire. Je prends ton pieds sur mes genoux, et relève un peu ton pantalon.

- J'ai joué comment ce soir ?
- Tu t'en es très bien sorti.

Tu grimaces légèrement quand la crème froide touche ta peau. Moi, mon cœur s'emballe, mon esprit se trouble.
Je n'ose pas te regarder dans les yeux, je suis le mouvement de mes paumes sur ton pied, savourant leurs contrastes. J'entends ta respiration s'apaiser, se faire plus lente et plus profonde. Un sourire vient toucher mes lèvres. Mais il se fane bien vite, quand mon regard se relève sur toi.
Tu as l'air tourmenté, et cette impression s'accentue quand je remonte encore un peu le long de ton mollet, plus loin qu'il n'est nécessaire. Ta main se crispe un peu sur les draps. Mes sourcils se froncent.
Mes doigts se font caressant, je cherche une réponse. J'en trouve une dans le frisson qui semble te parcourir. Pourtant tes phalanges viennent se poser sur mon bras et empêchent mes mouvements.

- Merci Jared, ça va aller je crois.
Docilement je quitte le refuge de ta peau. J'ai des fourmis dans les doigts tellement la tentation est forte de te toucher encore.
Tes réactions m'intriguent, j'y ai lu du plaisir, mais aussi de la peur. Tu remets en cause tout ce que j'avais prévu. Je voyais un refus ou une acceptation, pas ce mélange étrange de sentiments.
Ton regard refuse de croiser le mien.

- Tu veux que je t'apporte quelque chose ?
- Il doit y avoir mon livre quelque part si tu le trouves...
- Très bien... repose toi, Tomislav.

Et c'est là que je le fais. Je m'approche de toi, et je me penche. Tu ne t'y attends pas, tu ne m'imagines pas assez fou pour faire cela sans doute.
Je pose mes lèvres sur les tiennes, j'embrasse ta bouche pour la première fois, avec une lenteur affolante. Ton goût m'envahit, et je tremble. Mes yeux se ferment, j'ai l'impression d'être à ma place. Ce n'est pas seulement du désir, si cela n'avait été que cela, j'aurais pu vivre avec et ne rien dire.

Tu t'arraches à moi avec un gémissement rauque, tes mains me repoussent brusquement. Nos regards se croisent alors que tu recules précipitamment au fond de ta couchette. Tes yeux sont écarquillés de stupeur, d'angoisse et de peur.
Je n'aurais pas du, je n'aurais jamais du, tu avais le droit de choisir. J'aurais du te demander... mais je voulais tellement savoir. Et maintenant, je me demande ce qui te fais si peur, ce n'était qu'un baiser... Tomo pardonne-moi, ne me regarde pas ainsi, j'ai l'impression de t'avoir trahi.
Tu reprends difficilement ta respiration, tu replis tes jambes sur ton torse et tes bras viennent s'enrouler autour. Je n'ose plus bouger, je n'ose plus parler. Mon cœur me fait mal, mon ventre me fait mal. Je voudrais te serrer contre moi, te rassurer, mais c'est moi qui te fais peur.
Pour un simple baiser, pour une simple question. N'apprendras-tu jamais à réfléchir Jared Leto !
J'avais deviné à ton expression tourmenté que quelque chose n'allait pas, pourquoi je n'ai pas appris la patience.

Tu sembles enfin t'apaiser, la lueur traquée disparaît de tes yeux, la froideur la remplace, la colère. On dirait que tu t'en veux d'avoir montré ta peur, tu redresses les épaules et plante ton regard dans le mien.

- Tomo ?
- Va t-en Jared...


à suivre...

---------------------------------------
Alors, suite, pas suite ? Tomate, pas Tomate ?
 
 
Chapitre précédent
 
 
Chapitre suivant
 
 
 
     
     
 
Pseudo :
Mot de Passe :
Se souvenir de moi?
Se connecter >>
S'enregistrer >>